skip to Main Content
Le Beccaria : Des Collaborateurs Passionnés

Le Beccaria : des collaborateurs passionnés

Afin que l’Ordre publie un webzine de qualité, l’implication de criminologues passionnés, stimulants et engagés est essentielle. Aujourd’hui, nous souhaitons vous présenter les membres du comité Le Beccaria, qui ont échangé, discuté et travaillé très fort pour que la première édition du magazine numérique soit lancée. Chacun a écrit un court texte sur ce que représente Le Beccaria pour eux et leur implication au sein du comité. Nous les remercions chaleureusement de leur apport !

 

Mélissa Baërt, criminologue. Membre du comité le Beccaria

Mon implication dans le comité de rédaction du webzine Le Beccaria était, à la base, une façon de me rapprocher de plus près de ma profession et de tout ce qui l’entoure. J’étais loin de me douter que je m’embarquais dans une aventure aussi excitante que stimulante d’un point de vue professionnel! La création du Beccaria est un grand accomplissement que j’ajoute à mon bagage de criminologue et qui m’a permis de prendre conscience que les criminologues sont des gens passionnés et passionnants! »

Mélissa Baërt, criminologue

 

Le Beccaria, pour échanger et progresser.
Il y a bientôt cinq ans, un grand rêve, la création de l’ordre professionnel des criminologues, devenait enfin une réalité. Aujourd’hui, l’Ordre peut compter sur une infrastructure très efficace pour remplir sa première mission de protection du public mais qu’en est-il de la reconnaissance de la profession?

Pierre Couture, premier directeur-général de l’OPCQ

Pour ma part, j’ai toujours cru que la criminologie gagne à être connue… et reconnue. Pour y arriver, quoi de mieux qu’une revue qui réunit sur une même plateforme des criminologues et autres professionnels pour nous parler de leurs passions et nous partager leurs réflexions sur divers enjeux. La voilà enfin! Je souhaite que cette revue, le Beccaria, devienne rapidement une référence incontournable pour les criminologues, leurs partenaires et le public. Un grand rêve diront certains ? Peut-être… Mais comme vous le savez maintenant, les rêves deviennent parfois réalité. Longue vie au Beccaria! »

Pierre Couture, premier directeur-général de l’OPCQ

 

C’est avec insouciance que j’ai proposé le nom de cette revue en 2017 lors du concours organisé par l’ordre. Durant quelques semaines, j’ai fait bouillonner mes méninges afin de trouver des idées originales et qui auraient du sens pour nous les  criminologues, mais cela, sans grand espoir réel… 

Nadia Lachance, criminologue

Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir le plus de votes !! Mon implication auprès du comité Le Beccaria allait simplement de soi par la suite. J’avais la fierté d’avoir baptisé cette revue, donc lorsque l’Ordre demanda des personnes pour œuvrer dans le comité, je n’ai pas hésité une seconde! Je me devais d’y participer. Mon désir d’écriture, de défis, de stimulation intellectuelle et de participer à un événement d’envergure n’a fait qu’accentuer cette motivation. Tout cela fût comblé par la création de cette revue avec des gens pleins de potentiel, des collaborateurs tous aussi sensés l’un que l’autre et une équipe de feu! Nous pensons et souhaitons fortement vous avoir produit un webzine intelligent et qui suscitera des réflexions tout en vous aidant à être et devenir des criminologues de haut niveau! Au-delà des délits et des peines, il y a des criminologues compétents! »

Nadia Lachance, criminologue

 

Qui aurait cru que Beccaria cohabiterait avec webzine? 

Hélène Simon, criminologue et administratrice de l’OPCQ

J’ai eu la chance dans ma vie professionnelle d’initier plusieurs projets. Retraitée, je suis agréablement choyée de pouvoir contribuer à cette première en signant fièrement mon titre de criminologue. La mise en forme de ce webzine révèle des contenus de qualité et nous remercions tous nos collaborateurs et collaboratrices. Les membres du comité ont porté à terme sa conception avec rigueur et nous poursuivrons nos efforts pour vous offrir d’agréables moments de lecture. »

Hélène Simon, criminologue et administratrice de l’OPCQ

 

 

 

À lire également :
L’idée derrière le nom Le Beccaria

Back To Top