skip to Main Content
Le Conseil D’administration De L’OPCQ Maintenant Complété!

Le Conseil d’administration de l’OPCQ maintenant complété!

Avec l’arrivée de deux nouveaux membres nommés par l’Office des professions, M. Richard Talbot et Me. Marc Sauvé, le Conseil d’administration de l’OPCQ est officiellement prêt à entamer une nouvelle ère. Quoi de mieux que de laisser la parole à Mme. Michèle Goyette, nouvelle présidente de l’Ordre, pour vous mettre en contexte et résumer les prochains mandats du CA?

 

À tous les lecteurs, Bonjour. C’est avec plaisir et enthousiasme que je me présente à vous à titre de nouvelle présidente de l’Ordre professionnel des criminologues du Québec.

En effet, j’ai accepté la charge de présidente de l’OPCQ lors de la séance du Conseil d’administration de Juin 2018. Comme vous le savez peut-être, le poste de président de notre ordre est comblé par un des criminologues composant notre conseil. Je suis l’une des deux représentantes de la région électorale de Montréal.

J’étais déjà vice-présidente de l’Ordre depuis sa création, en Juillet 2015, et auparavant, j’ai fait partie, à compter de Mai 2013, du Conseil d’administration provisoire qui a travaillé à la création de l’Ordre. Il a toujours été important pour moi, et encore plus depuis le PL 21, que les criminologues soient intégrés au système professionnel québécois.

Comme nouvelle présidente de l’Ordre, je tente de chausser les grandes pointures de notre première présidente, Mme Josée Rioux. Josée a travaillé d’arrache-pied avec les membres du conseil provisoire pour que l’Ordre professionnel des criminologues du Québec ait ses lettres patentes et existe légalement comme le 46e ordre professionnel du Québec. Depuis lors, elle n’a pas ménagé ses efforts pour que ce nouvel ordre soit en mesure de prendre sa place dans le système professionnel et soit rapidement reconnu comme un ordre crédible, rigoureux et novateur. Je veux donc rendre hommage au travail de Josée et saluer sa colossale implication à l’OPCQ.

Un coup de chapeau à notre Conseil d’administration : dynamique, engagé et ouvert. C’est un plaisir de travailler avec des gens aussi intéressés au succès de l’Ordre. J’en profite pour saluer l’arrivée de deux nouveaux membres, M. Richard Talbot et Me. Marc Sauvé. Bienvenue parmi nous.

Je veux aussi rendre hommage à notre formidable équipe de la permanence, qui incarne, jour après jour, les valeurs et les orientations que nous voulons mettre de l’avant. Ils sont peu nombreux, mais totalement contributifs à la réalisation de nos mandats.

Vous aurez compris qu’ayant travaillé étroitement avec le précédant CA et l’équipe de permanence constituée depuis 2015, je me situe en continuité de la vision et des valeurs que nous avons mises de l’avant. Plus précisément, je considère que l’OPCQ doit devenir un modèle d’ouverture, d’innovation et de dynamisme, tout en étant centré sur ses valeurs de respect, d’intégrité et de collaboration.

Avec ces co-équipiers, j’assurerai une constance quant à la planification stratégique que nous avons développée pour les années 2017-2020. Ainsi, dans la prochaine année, nous travaillerons principalement sur les aspects suivants :

  1. S’assurer que nous assumons adéquatement notre mission de protection du public. Cela passe par l’adoption de différents règlements, dont notre code d’éthique, la mise en place de l’inspection professionnelle, l’application de notre politique de formation continue. Nous espérons aussi que le Conseil des ministres nouvellement élu en Octobre 2018 agisse rapidement afin d’adopter les modifications à nos lettres patentes, qui permettront aux criminologues d’exercer l’activité réservée 3.6.7.
  2. Travailler au rayonnement de la profession de criminologue en prenant une place plus grande dans l’espace public et en définissant notre politique de communication.
  3. Continuer à améliorer la gouvernance de notre ordre, notamment en continuant de mettre en place les dispositions de la loi 11.
  4. Améliorer notre communication avec nos membres. À cet effet, nous avons récemment procédé à l’embauche d’une criminologue responsable du service aux membres. Nous entreprenons aussi cet automne une tournée ou nous irons à la rencontre de nos membres dans les régions du Québec.

Que ce soit lors de ces tournées, ou encore à notre assemblée générale du 25 octobre, ce sera un grand plaisir pour moi de vous rencontrer, d’entendre vos préoccupations en lien avec l’Ordre et échanger avec vous sur comment nous pouvons, ensemble, continuer d’améliorer et de faire connaître notre profession dont nous sommes si fiers!

Michèle Goyette, criminologue

 

Un peu plus sur Michèle Goyette :

J’ai terminé un baccalauréat spécialisé en criminologie à l’Université de Montréal il y a quarante ans cette année. Dès mes premiers stages, j’ai choisi d’orienter ma carrière dans l’intervention auprès des enfants et des adolescents. J’ai donc été intervenante auprès des jeunes contrevenants, intervenante en protection de la jeunesse, chef de service dans les deux domaines, conseillère clinique, tout cela dans le même établissement, qui s’est appelé tour à tour le Centre de services sociaux Richelieu, le Centre de protection de l’Enfance et de la Jeunesse de la Montérégie, et le Centre Jeunesse de la Montérégie, maintenant intégré au CISSS Montérégie Est. Un court accéléré de transformation du réseau dans les 40 dernières années…

À la fin des années 90, j’ai entrepris un Diplômes d’études supérieures spécialisées (DESS) en administration des affaires sociales, que j’ai obtenu en 2000. L’année suivante j’ai été nommée Directrice Adjointe de la Protection de la Jeunesse, toujours en Montérégie. Après 29 ans en Montérégie, j’ai fait le saut vers la grande ville en 2007, et suis devenue directrice des services spécialisés et des services aux Jeunes contrevenants au Centre Jeunesse de Montréal-Institut Universitaire, maintenant intégré au CIUSSS du Centre Sud de l’Ile de Montréal. J’y ai œuvré durant 7 ans et j’ai quitté le réseau public en 2014. Depuis ce moment, je suis consultante dans différents établissements du réseau de la Santé et des Services Sociaux.

 

 

Back To Top